Anthony Coindevel, étudiant en 5ème année génie électrique témoigne de son projet de fin d’études en Suisse

 

Retour sur le projet de fin d’études transfrontalier Upper Rhine 4.0 d’Anthony Coindevel (5ème année génie électrique) chez Actemium Suisse.

Lesen Sie den Artikel auf Deutsch

1 –     Qu’est-ce qui vous a motivé à chercher un projet de fin d’études (PFE) en Suisse et en Allemagne ?

Depuis mon cursus DeutschINSA, je souhaitais réaliser un stage en Suisse ou en Allemagne afin de pratiquer l’allemand dans un cadre différent des cours.

À la suite du parcours Usine du Futur en 5ème année de génie électrique, j’ai voulu en connaitre davantage sur l’application des nouvelles technologies dans le monde professionnel. L’Allemagne et la Suisse étant des acteurs majeurs dans le développement de l’industrie 4.0, j’ai axé mes recherches de stage vers nos voisins transfrontaliers.

 Le projet de fin d’études, stage de six mois concluant les cinq années d’étude d’ingénieur, était donc l’opportunité idéale pour associer la pratique de l’allemand, la gestion de projet, l’innovation et l’industrie 4.0.

2 –     Ce projet de fin d’études vous a-t-il permit de mettre en application les compétences en industrie 4.0 acquises à l’INSA Strasbourg ?

Le parcours Usine du Futur m’a permis de m’initier aux nouvelles technologies prenant de plus en plus de place dans le monde industriel comme la Mobilité électrique, le Machine Learning et le Jumeau numérique. Cependant durant mon stage, j’ai pu travailler sur une problématique différente : la réalisation d’une interface combinant Réalité Augmentée et Internet des Objets.

C’est le challenge que m’a proposé Actemium Suisse sachant que cela n’entrait pas dans les domaines de compétences techniques acquises en cours.

3 –     Quel est votre retour d’expérience sur le fait d’avoir travaillé avec une entreprise suisse comme Actemium ?

Effectuer mon stage chez Actemium Suisse a été une expérience très enrichissante, dans un environnement dynamique et  international.

Actemium est une marque du groupe Vinci Énergies et a pour vocation de renforcer les avantages concurrentiels et les performances de ses clients industriels. En Suisse, elle comprend six Business Units dans les secteurs de l’électricité, de l’automatisation et de l’informatique industrielle, des bâtiments intelligents et de la gestion optimisée de la production.

Pour relever les défis de l’évolution technologique et numérique dans le monde industriel, l’entreprise cherche constamment à promouvoir et à maintenir sa culture de l’innovation. Publications d’articles, boîte à idées, présentations de projets et preuves de concept font partie des mesures prises pour assurer une culture active et dynamique de l’innovation. C’est dans ce contexte que j’ai rejoint l’équipe Actemium Suisse de mars à août 2019 au sein du Future Lab (fablab de l’entreprise).

La philosophie de l’entreprise est de donner de l’indépendance aux stagiaires tout en encourageant  l’esprit d’équipe. Durant ces six mois, j’ai géré la conception, l’étude et le développement d’un scénario mettant en œuvre une application de réalité augmentée permettant à l’utilisateur de contrôler un bras robotique à 6 axes via une plateforme IoT (internet des objets) hébergée dans le cloud.

Ce stage chez Actemium Suisse m’a donné une vision entrepreneuriale du monde de l’industrie, combinant innovation, gestion de projet et recherche de l’excellence. « Good is not enough » comme aime le rappeler Patrick Vergult, directeur Actemium Suisse, lors des différents évènements et rencontres organisés.

4 –     En quoi le projet Upper Rhine 4.0 vous a-t-il aidé dans vos démarches ?

Je tiens à remercier l’équipe Upper Rhine 4.0 et surtout Thomas Jaegers pour son aide et ses conseils lors de ma recherche de stage dans la zone transfrontalière.

Candidater à l’étranger peut être difficile, notamment à cause des barrières linguistiques et culturelles. Suite à de nombreuses candidatures non retenues, j’ai contacté l’équipe Upper Rhine 4.0. Grâce à leur réseau d’entreprises partenaires et leurs contacts,  j’ai pu échanger avec Nicolas Muller, directeur de business unit chez Actemium Suisse. Lors de notre rencontre au salon BE4.0 de Mulhouse, dédié à l’industrie 4.0, il a été intéressé par mon CV et m’a fait confiance pour mener à bien mon projet de stage au sein du Future Lab de Actemium Suisse.

5 –     Quels conseils donneriez-vous aux nouveaux étudiants de 5ème année volontaires pour faire leur PFE en Allemagne ou en Suisse ?

En Alsace, nous avons la chance d’avoir cette proximité avec des voisins industriels très compétitifs. Je recommande aux motivés de tenter une telle expérience qui pourrait s’avérer être un atout sur leur CV. Et surtout, n’hésitez pas à contacter l’équipe Upper Rhine 4.0 afin de recevoir des contacts et des opportunités intéressantes concernant l’industrie 4.0.

LIRE L’ARTICLE EN ALLEMAND

Envoyer un message

Le message ne sera pas publié mais sera reçu et traité par nos équipes.